Words By
Alberto Mediavilla

Le Naranjo de Bulnes, ou Picu Urriellu, comme l’appellent les locaux, est la montagne la plus emblématique d’Espagne. C’est une tour rocheuse d’un calcaire de grande qualité, qui nécessite des techniques d’escalade, si l’on veut pouvoir atteindre le sommet depuis tous les côtés. Depuis la toute première ascension de la montagne, en 1904, par un aristocrate et un berger, jusqu’aux escalades extrêmes en libre les plus récentes entreprises par les frères Pou et Alex Huber, elle témoigne des grandes étapes de l’évolution de l’escalade sur rocher en Espagne.

Mais le Picu est beaucoup plus qu’une escalade extrême en libre ou un grand mur d’artif impressionnant. Quels que soient la spécialité des grimpeurs (de trad) et leur niveau, ils trouveront leur bonheur, parmi les 80 voies qu’elle offre. Nous présentons, ici, la voie directe du Sud. C’est la ligne la plus populaire pour les grimpeurs novices, car son rocher est d’une grande qualité, que les prises pour s’assurer sont confortables et qu’il est facile de revenir en arrière.

L’approche

L’approche depuis le Nord est la plus courte pour atteindre le sommet. Juste avant d’arriver au village de Sotres, il faut emprunter la route de gravier qui mène à un endroit appelé « Pandeabano », juste au-dessous du passage du même nom. De là, un sentier bien défini et balisé vous emmène jusqu’au refuge d’Urriellu en 2 heures et demie, ou jusqu’à la base du côté sud en 3 heures et demie. Il y a environ 900 m de dénivelé jusqu’au refuge et environ 1 200 m jusqu’à la base de la face sud.

L’ascension :

L’ascension nous a fait passer par une grande variété de types de rochers, notamment des roches creusées, en forme de poches ou en angle droit, du calcaire collant gris et compact de grande qualité, qui donne l’embarras du choix en termes de prises.

1ère longueur (10 m, V-) : Le repère qui indique le début de la voie est constitué de creux parallèles, juste à gauche de la fissure large et sale où se trouve un piton au milieu du mur. Ces creux sont une étape importante de la voie et le point pour s’assurer (deux chevilles et une chaine) se trouve juste à leur droite.

2ème longueur (35 m, IV+) : Commençant avec une traversée par la droite, après un premier piton, la voie se poursuit à peu près tout droit jusqu’au point d’assurage suivant, situé sur une large corniche. 3 pitons fixés, quelques cordelettes et de bons coinceurs rendent cette longueur très sûre.

Note : les deux premières longueurs peuvent se faire en une seule fois, mais faites attention à la corde qui traîne !

3ème longueur (25 m, III+) : Cette petite longueur forme un angle droit et il y a un point d’assurage au bout (2 chevilles et une chaîne).

4ème longueur (35 m, IV+) : Selon moi, c’est la plus belle longueur du parcours. Il part tout droit, à la verticale et suit un creux parfait, qui vous laisse sur le bord de la partie supérieure de l’amphithéâtre sur la face sud. Une fois cette longueur terminée, il n’y a plus de grandes difficultés, et comme le reste du parcours, la fin est largement faisable avec de bonnes positions.

5ème longueur (35 m, III) : Cette longueur est basse et facile, et vous mène à la fin de la partie technique de l’escalade de cette voie. Il faut escalader légèrement vers la droite, jusqu’à atteindre une large corniche, sur laquelle se trouve le dernier point d’assurage (2 chevilles et une chaîne). À partir de là, la plupart des équipes vont grimper à quatre pattes sans corde (attention aux rochers instables !), en allant d’abord vers la gauche, jusqu’à voir un ravin (II), qui vous mènera directement au milieu de la crête du sommet. Une fois arrivé là, vous pouvez marcher jusqu’en haut et admirer la vue !

Produits utilisés dans ce Summit Special (Sommet spécial)

La descente :

Revenez au dernier point d’assurage. Avec 60 m de corde à double, vous pouvez faire rapidement la descente en rappel, en trois fois :

  • 1ère descente en rappel (35 m) : De la station #5 à #4.
  • 2ème descente en rappel (58 m) : De la station #4 à #2.
  • 3ème descente en rappel (50 m) : De la station #2 jusqu’en bas.

Quand y aller

Le meilleure période de l’année pour escalader le Naranjo se situe entre la fin mai et la mi-octobre. Si vous prévoyez de faire cette ascension avant début juin, alors faites attention car vous aurez probablement besoin de vos crampons pour approcher la face nord.

Où loger

La voie du Sud Direct peut se faire en un jour (une très longue journée, certes), depuis la vallée, mais la plupart des grimpeurs préfèrent prendre leur temps et passer la nuit au refuge, se trouvant à la base de la face ouest, qui est magnifique. Il est préférable de réserver à l’avance : http://reservarefugios.com/

Un grand merci à Alberto pour son article sur le Naranjo de Bulnes. Si vous avez aimé ce Summit Special, alors vous pouvez suivre Alberto sur Instagram et Facebook.

Ceci peut aussi vous intéresser...

Basecamp

Totem Pole

Basecamp

Mount Kenya

Born in Bilbao, Alberto moved to the Picos de Europa almost 17 years ago, where he has developed a career as an International Mountain Leader and Avalanche Forecaster. Alberto also works as our Marketing & Communication Coordinator for the Spanish market.