Words By
Greg Boswell

Greg Boswell et Jeff Mercier ont probablement battu le record de vitesse d’ouverture de nouvelles voies d’hiver lorsqu’ils ont visité l’île de Senja, située au large de la côte nord-ouest de la Norvège, en février 2018. L’alignement des étoiles, un ensemble de bonnes conditions, une longue période d’éclaircie et l’expérience des deux grimpeurs leur ont permis d’escalader des kilomètres de terrains montagneux verticaux magnifiques.

Lorsque Jeff et moi avons enfin décidé de la destination de ce voyage, en décembre 2017, notre choix final m’enthousiasmait. Je ne suis jamais allé à Senja, mais c’est un endroit que je voulais visiter depuis très longtemps. Ce lieu était connu pour son escalade sur glace et mixte et les points de vue étaient à couper le souffle, selon les dires.

Le mois de février est arrivé très vite et je me suis retrouvé à l’aéroport de Tromsø, à attendre Jeff, qui arrivait de France. Même assis dans l’aéroport bondé, dans le brouhaha de la vie citadine quotidienne qui m’entourait, je commençais à jeter un coup d’œil à la beauté des paysages qui nous attendaient. Le soleil se couchait et, tandis que je regardais par la fenêtre de l’aéroport, mon regard passa sur la jungle de parkings et d’immeubles en béton, avant de se poser sur les montagnes au loin, comme suspendues au-dessus des fjords de Tromsø, qui devenaient roses à la lumière du soleil couchant. J’eus des papillons dans le ventre, en réalisant que la prochaine fois que le soleil se coucherait, je serais probablement sur une montagne similaire, quelque part sur l’île de Senja.

Jeff et moi n’avions que 8 jours pour escalader en Norvège, sachant qu’après les trois premiers jours, Mathis Dumas arriverait et qu’il faudrait fixer des priorités afin de travailler sur des photographies avec lui. Ainsi, nous souhaitions profiter au maximum de nos trois premiers jours de temps « libre ». Après le lever de soleil de notre premier jour d’escalade, je vis l’incroyable beauté des environs et compris que prendre de belles photos ne serait pas un problème.

Jeff était déjà venu à Senja deux ou trois fois par le passé. Il connaissait donc un peu l’endroit et avait une idée des objectifs possibles que nous pourrions décider d’explorer. Nous avons commencé la première journée, de façon très détendue, en faisant le tour des fjords locaux en voiture et en cherchant des yeux des trajets possibles pour notre voyage, avant de rejoindre l’endroit où l’on logeait. Nous avons repéré quelques voies potentielles et, sans perdre de temps, nous nous sommes lancés dans une zone d’escalade mixte escarpée et bombée l’après-midi même.

Nous avons sélectionné des zones d’escalade variées tout au long du voyage : des grandes faces dans le style alpin, des voies mixtes très techniques mais aussi quelques voies glacées et escarpées pour équilibrer le tout. L’un dans l’autre, nous avons ouvert sept nouvelles voies sur les huit jours, trois d’entre elles se trouvant sur de grandes parois encore jamais escaladées. L’ensemble de ces voies offre des points de vue magnifiques sur le paysage norvégien et ses fjords immaculés. Le style d’escalade était comparable à celui des voies mixtes d’Écosse auxquelles je suis habitué et j’étais très à l’aise, presque installé dans une routine confortable, alors que je me frayais rapidement un chemin sur des territoires encore jamais explorés. Les voies de la plus grande montagne ont été plus difficiles à repérer, mais il faut s’attendre à ce type de difficultés supplémentaires, car elles font partie de l’aventure que l’on recherche et que l’on aime secrètement.

Nous avons sélectionné des zones d’escalade variées tout au long du voyage : des grandes faces dans le style alpin, des voies mixtes très techniques mais aussi quelques voies glacées et escarpées pour équilibrer le tout. L’un dans l’autre, nous avons ouvert sept nouvelles voies sur les huit jours, trois d’entre elles se trouvant sur de grandes parois encore jamais escaladées. L’ensemble de ces voies offre des points de vue magnifiques sur le paysage norvégien et ses fjords immaculés. Le style d’escalade était comparable à celui des voies mixtes d’Écosse auxquelles je suis habitué et j’étais très à l’aise, presque installé dans une routine confortable, alors que je me frayais rapidement un chemin sur des territoires encore jamais explorés. Les voies de la plus grande montagne ont été plus difficiles à repérer, mais il faut s’attendre à ce type de difficultés supplémentaires, car elles font partie de l’aventure que l’on recherche et que l’on aime secrètement.

 

Je pouvais lister toutes les nouvelles voies que nous avons escaladées et décrire chacune d’entre elles en détails, mais la réalité est qu’elles étaient plus belles les unes que les autres et que toutes ont été des expériences exceptionnelles ; certaines très difficiles et d’autres relativement directes. Nous les avons toutes escaladées dans les meilleures conditions que l’on puisse espérer et je sais que revivre un séjour d’escalade meilleur ou plus productif que celui-là va s’avérer difficile.

En plus de cela, Senja est incontestablement l’un des plus beaux endroits que j’ai visités pour l’escalade. Je garderai à jamais le souvenir de mon arrivée au sommet de la face nord du Breiting après une section finale terrifiante, composée de corniches, sous un ciel de nuit coloré en vert et rose par l’aurore.

Je vous recommande vivement de visiter Senja, que ce soit pour escalader ou simplement profiter des points de vue et du paysage. Je peux vous garantir que vous ne serez pas déçus.

Featured Gear